Apple et Google: une année en bêta

Gabriel Gagnon Opinion Leave a Comment

 

Je lisais récemment l’excellent papier que Nilay Patel, éditeur en chef chez The Verge, a écrit sur Apple, 2015 : Apple’s year in betaqui mettait en mot à peu prêt ce que je pense de l’année 2015 dans le monde de la techno. L’année dernière a été assez paradoxale : il y a eu, comme à l’habitude depuis quelques années, une avalanche de nouveaux téléphones, de nouvelles tablettes, de nouveaux ordinateurs, mais en même temps, aucun nouveau produit a réussi à changer le monde. Aucun des deux géants technos n’a réussi à présenter quelque chose de nouveau et véritablement game changer.

bêta   

nm

    qualifie une version préliminaire d’un projet, d’un logiciel  

Apple : Des tonnes de nouveautés, toutes brouillonnes

Si un mot peut décrire l’année qui vient de s’achever pour Apple, c’est bien brouillon. Comme je l’ai expliqué en guise d’introduction, en 2015 nous avons eu droit à un beau paradoxe. Apple a présenté et sorti un nombre quasi record de nouveaux produits cette année et tous, ou presque, semblent avoir été pensés sur le coin d’une table… Attention, je fais bien ici la distinction entre les nouveaux produits et les mises à jour. Les produits qui ont été « simplement » actualisés sont pas mal tous excellents.

L’Apple Watch : Le produit qui ne sait pas trop à quoi il sert

Annoncée en grande pompe cet automne, l’Apple Watch a été présentée comme le « prochain chapitre de l’histoire d’Apple » par Tim Cook. Une grosse affirmation quand on sait que le présent chapitre est le plus rentable de son existence et, surtout, qu’il met l’entreprise de Cupertino comme la plus riche et comme la plus grosse valeur de l’Histoire grâce, en grande partie, au téléphone qui a révolutionné le marché : l’iPhone. Présenter l’Apple Watch comme le produit qui pourrait faire croître l’entreprise vers de nouveaux sommets, c’est lui donner de bien grandes ambitions.

Apple CEO Tim Cook introduces Apple Watch , which he is wearing on his wrist, on Tuesday, Sept. 9, 2014, in Cupertino, Calif. (AP Photo/Marcio Jose Sanchez)

(AP Photo/Marcio Jose Sanchez)

Et il n’y a aucun problème à avoir de grandes ambitions! Là où il y a un plus grand problème, c’est lorsque ces ambitions ne se traduisent pas par un produit qui permettrait de les atteindre. Les critiques sont unanimes, l’Apple Watch a du potentiel, oui, mais personne n’arrive à le trouver et Apple ne semble pas être capable non plus. La montre en tant que telle est un très joli objet avec de bonnes idées (la couronne pour aider la navigation, Force Touch, etc.), mais l’autre moitié de tout objet techno, le logiciel, semble manquer non seulement de finition, mais aussi de vision.

Apple veut visiblement créer une montre capable de tout faire, pour ne pas avoir à trimbaler son téléphone partout. Par contre, les designers d’Apple semblent avoir de la difficulté à trouver une raison pourquoi est-ce que les gens préféreraient utiliser un minuscule écran alors qu’ils ont le bel et grand écran de leur iPhone à porter de mains.

Ne me citez pas mal : Je crois bel et bien que le marché des montres connectées et, plus globalement, des vêtements connectés (les fameux « wearables ») en est un d’avenir. Par contre, il va falloir que le logiciel suive… watchOS promettait de donner accès à une tonne d’applications, directement sur son poignet. Une belle promesse qui s’est avérée… lente. La montre avait besoin, à ce moment, d’aller constamment chercher les informations des applications sur le téléphone, via une connexion Bluetooth, ce qui rendait le simple processus d’accéder aux informations de la météo, pénible.

La seconde version de watchOS est arrivée à la WWDC (lire : WWDC 2015 : Ce qu’il faut retenir) avec la possibilité d’installer des applications directement sur la montre et d’ajouter des complications tirées des apps, mais aucune autre nouveauté qui permettrait de donner une direction plus claire à la montre. On se retrouve donc face à un produit physiquement bien conçu, mais qui se cherche encore une raison d’être. En 2016, il sera essentiel pour Apple de définir clairement une feuille de route pour l’Apple Watch et de ne pas uniquement se fier aux développeurs pour trouver LA nouvelle fonction de sa montre, une tendance qui semble s’accélérer pour la firme…

iPad Pro : Une bonne idée, pas de trajectoire

L’iPad Pro est indéniablement un solide produit. Par contre, encore une fois, c’est le logiciel qui traîne. Visiblement, Apple veut qu’iOS devienne sa principale plateforme. Le système d’exploitation mobile d’Apple est, premièrement, le plus simple des deux gros (OS X et iOS), mais aussi le plus rentable. Miser sur celui-ci pour le futur de l’informatique semble donc un pari pas trop risqué.

o-IPAD-PRO-570

Apple nous a toujours habitués à une intégration matérielle/logiciel quasi -parfaite. L’iPad Pro a beau être un petit monstre de puissance (aussi puissant qu’un MacBook!), je cherche encore comment iOS en tire parti. Oui, on peut maintenant afficher deux apps en même temps, mais on peut aussi le faire sur l’iPad Air 2. Oui, on peut faire rouler de grosses applications d’Adobe (pas trop lourdes, quand même), mais elles restent tout de même assez limitées en terme de puissance. Personnellement, je me vois mal faire le montage d’une vidéo au complet, sur un iPad… Peut-être un jour, mais on n’est pas là…

Une Apple TV qui ne révolutionne pas grand-chose

Présenté comme le Saint-Graal de la boîte de diffusion cet automne, l’Apple TV n’est visiblement pas le produit qu’Apple voulait nous présenter. L’entreprise, semble-t-il, planchait sur un nouveau boitier qui réunirait autant les canaux de diffusion web actuels (Netflix, iTunes, etc.), mais aussi une toute nouvelle façon de consommer la télé traditionnelle. Par contre, pour réussir son pari, Apple doit faire affaire avec des tonnes de diffuseurs, souvent très archaïques, et les faire accepter des contrats qui leur enlève une grosse marge de manœuvre. Avec le précédent de l’iTunes Store et l’impact que la boutique a eu sur le marché, on peut comprendre que ces entreprises soient réticentes à tout donner à Apple, d’autant plus que ces diffuseurs sont souvent des filiales de grands groupes qui détiennent aussi les fournisseurs d’accès. On verrait mal Québécor ou Bell accepter de diffuser leur chaîne généraliste et leurs chaînes spécialisées sur un appareil qui veut tuer une partie de leur gagne-pain, les services de câblo-distribution…

tvOS-Will-Not-Support-Web-Viewing

On se retrouve donc, comme les autres produits sur cette liste, avec quelque chose qui se cherche et qui mériterait un meilleur sort. Oui, l’Apple TV est probablement la meilleure boîte de diffusion disponible actuellement de par son énorme catalogue de contenu (l’iTunes Store) et grâce à la présence de presque tous les gros joueurs, comme Netflix, HBO, la NHL et la NFL, sur la plateforme et son catalogue d’applications qui se développe lentement mais surement. Par contre, cette première version de la refonte de tvOS ressemble encore beaucoup à un « regardez ce que j’aurais pu devenir ». On est loin de la révolution espérée…

L’exception : Le MacBook

S’il y a bien eu un excellent coup de la part de la Californienne cette année, c’est bien son nouveau Mac! Le nouveau MacBook, bien que plein de compromis, est un ordinateur qui promet énormément. C’est l’aboutissement, selon moi, du travail fait sur l’ensemble de la ligne d’ordinateurs portables depuis plusieurs années. Le MacBook de 2015 arrive avec un profil semblable au Air, mais encore plus raffiné, un écran magnifique inspiré des MacBook Pro Retina, d’une batterie digne d’un ordinateur de ce prix et d’un trackpad qui détruit toute concurrence grâce à l’innovation Force Touch.

Ce nouveau laptop, même s’il est, comme je l’ai dit plus haut, rempli de compromis, est impressionnant. LE plus gros compromis, c’est le fait qu’il n’est muni que de deux ports, dont un qui doit encore s’implanter. On pourrait aussi parler du processeur un peu mou et d’un clavier qui peut en rebuter plus d’un, même si je le trouve assez sympathique. Côté prise, j’ai de la difficulté moi aussi à comprendre le choix d’Apple de le livrer avec un seul USB-C pour tout faire. Oui, c’est la prise du futur, mais elle n’est encore disponible que sur un nombre limité d’appareils et, surtout, on ne peut pas brancher une caméra, par exemple, en même temps que de charger l’ordinateur. Sérieusement.

Photo: CNet.com

Photo: CNet.com

Concernant le processeur, je peux comprendre. Même si le Core M d’Intel n’est pas le plus puissant, il est le seul qui est capable de fournir assez de puissance pour bien faire rouler El Capitan, tout en ayant une excellente consommation d’énergie qui permet au MacBook d’avoir des chiffres comparables aux autres Mac. En plus, il chauffe si peu, qu’Apple n’a pas cru bon d’installer un ventilateur dans son bébé ordinateur. Pour accélérer la bête, on retrouve quand même un SSD super rapide, le même que l’on retrouve dans la ligne Air actuel.

Comme le premier MacBook Air, le MacBook est clairement l’ordinateur du futur pour Apple. Gageons que les autres modèles de la ligne récupéreront des éléments de celui-ci d’ici une ou deux générations. Un fantasme de geek, c’est aussi de voir un processeur maison dans un Mac. On aurait alors droit à un couple matériel/logiciel incroyable et une pile qui pourrait durer le temps d’un aller-retour Cap Canaveral-Lune.

Apple n’est pas la seule, Google est aussi en bêta

Google a été beaucoup moins actif du point de vue des lancements de produits. Elle nous a offert Marshmallow (une 6e version majeure d’Android qui sera probablement déployée sur un très faible nombre d’appareils, fragmentation oblige), qui elle-même n’offre pas une trâlée de nouvelles fonctions, mise à part Now On Tap, qui mériterait encore du peaufinement.

Elle nous a présenté deux nouveaux (excellents) Nexus, le 5X, l’abordable, et le 6P, le flagship. Deux excellents téléphones qui prouvent à quel point le marché des smartphones est arrivé à maturité. Toujours du coté matériel de la chose, Google a aussi essayé de pousser Android un peu plus fort sur tablettes avec sa Pixel C. Même si la nouvelle tablette est super, Android sur tablette est aussi mauvais que lorsque j’avais testé la Nexus 9…

ChromeOS, on va où avec ça?

C’est avec une petite déception que je vous écris ce paragraphe. Je crois que ChromeOS, c’est mort. Je pourrais écrire un article complet sur les raisons, mais je vais m’en tenir à ces quelques lignes pour aujourd’hui. Pourquoi je dis ça? Deux raisons.

1 : Les rumeurs d’une fusion Android/ChromeOS sont de plus en plus solides. En effet, Google semble vouloir pousser Android, le système d’exploitation mobile le plus populaire au monde avec 80 % de parts de marché, encore plus loin. C’est compréhensible, en fait. Il y a beaucoup plus d’argent à faire avec le Play Store que le Chrome WebStore et les applications Android sont clairement plus puissantes/populaires.

pixel-c-thumb

2 : Le Pixel C est livré avec Android. Pourquoi est-ce si important? Parce que la ligne Pixel était normalement réservée aux chromebooks et qu’Android a sa propre série de flasghips : les Nexus. Pourquoi Google n’a-t-elle pas sorti une tablette Android sous le nom Nexus comme elle l’a toujours fait avec les Nexus 7, 10 et 9? Ce n’est clairement pas un hasard.

537aa70ff42407b147c40090b442b1bb_large

ChromeOS et Android sont donc toujours, malgré eux, encore en bêta. Android n’est toujours pas capable de s’imposer sur le marché des tablettes malgré son imposante force de frappe et un achat d’une tablette Andrid n’est toujours pas un pari garanti d’être gagnant pour le futur. ChromeOS, quant à lui, son avenir est toujours plus incertain. Est-ce que c’est un bon achat, aujourd’hui, un Chromebook? Probablement. Ces ordinateurs coûtent presque rien et permettent de faire tout ce que grand-maman veut faire sur un ordinateur. Est-ce que c’est une bonne idée pour le futur? Je ne pourrais être moins certain.

Android Wear: Le même problème que l’Apple Watch

Android Wear a beau avoir eu « la chance » d’arriver en premier sur le marché des montres connectées, cette chance n’a toujours pas été capitalisée pour introduire une nouvelle fonction révolutionnaire. Pour le moment, Wear se résume à l’affichage sur le poignet des notifications qui feraient normalement sonner le téléphone et à mettre Google Now encore plus dans notre visage. C’est tout. Et même si on peut, à l’instar de l’Apple Watch, installer des applications sur sa montre, Google fait un très mauvais travail pour les présenter d’une façon claire et nous rappeler qu’elles existent.

Photo: Gizmodo

Photo: Gizmodo

Cela fait plus d’un an que j’ai une Moto 360 au poignet et je n’ai toujours pas le réflexe de naviguer dans ma liste d’applications, même s’il y en a des excellentes dans cette liste. Même si l’Apple Watch n’est pas un produit parfait, Apple a quand même trouvée une façon engageante d’utiliser sa montre et ses applications en la munissant d’un véritable écran d’accueil. Ce n’est pas être pas le plus joli, mais il a le mérite de nous présenter clairement toutes nos apps d’un seul coup d’oeil et de nous inciter à les utiliser.

Photo: BusinessInsider

Photo: BusinessInsider

Je me demande encore vers où Google veut réellement emmener son OS de montre, à part pour pousser encore plus fort Google Now. Une autre plateforme qui se cherche et qui semble encore en bêta…

Une industrie en quête de la « Next big thing »

Si on veut résumer l’année 2015 simplement, on peut utiliser deux mots. Brouillonne, comme je l’ai dit plus haut, malgré la maturité de plusieurs secteurs, dont les téléphones intelligents et les ordinateurs, mais surtout ennuyante. À aucun moment cette année, à part après avoir testé Windows 10 qui m’a franchement impressionné, je n’ai été vraiment excité pour un nouveau produit. Peut-être est-ce parce que je suis rendu un vieil aigri? Peut-être parce qu’on dirait que toutes les grosses boîtes planchent sur quelque chose d’autre et que personne n’est prêt à nous le montrer (vous avez dit voiture autonome?)? D’une manière ou dune autre, il est clair que l’industrie de la techno grand public se cherche. Elle cherche un nouveau marché à conquérir et à développer et, en attendant, elle nous présente des pacotilles…

860025-google-presente-prototype-premiers-stades

Est-ce qu’Apple va réussir à créer un nouveau marché aussi imposant que celui de l’iPhone avec sa montre? Est-ce que la voiture autonome est le vrai nouveau marché d’Apple? Est-ce qu’on va finalement avoir droit à une tablette Android aussi utile que l’iPad? Est-ce qu’on va finalement avoir droit à un troisième joueur sur les ordinateurs pour déranger Windows et OS X et pousser l’innovation encore plus loin grâce à ChromeOS?

Ce sont toutes d’excellentes questions, auxquelles je n’ai pas la réponse. En espérant que 2016 réponde à quelques-unes de celles-ci et qu’on ait droit à des produits finis et complets, cette fois!

Fondateur de GabGagnon.ca. J’ai créé ce blog dans le but de partager ma passion pour les nouvelles technologies et informer sur l’actualité de l’industrie. N’hésite pas à poser des questions et à discuter avec moi sur Twitter ou Facebook!