Apple Music est meilleur que Spotify #ChangeMyMind

Gabriel Gagnon Musique, Opinion Leave a Comment

Après plusieurs années d’utilisation et de comparaison (j’utilise quotidiennement les deux services), je suis prêt à l’affirmer. Mesdames et messieurs… Apple Music est un meilleur service de streaming musical que Spotify. Le temps est venu de l’avouer et de l’accepter. Voici pourquoi.

Historique

Débutons par une petite dose de contexte. J’utilise quotidiennement Apple Music et Spotify. Le service pommé est sur mon téléphone, mon ordinateur, ma tablette, ma télé, il est même sur ma montre. Spotify est aussi sur mon téléphone, mon ordinateur et ma tablette, mais il est principalement sur mes haut-parleurs intelligents. Pourquoi payer pour les deux? Parce que je préfère Apple Music en général, mais je dois utiliser Spotify pour écouter de la musique sur mes Google Home. Comme je n’ai pas vraiment envie de payer 350$ pour un HomePod, c’est la solution que j’ai trouvée.

Avant qu’Apple Music arrive sur mes appareils, j’étais dans les premiers à vanter le service suédois (lire : Spotify prend d’assaut le Canada) et à l’utiliser avec joie. Maintenant que l’offre concurrente est mature et complète, ça a changé un peu.

Les tarifs

Un élément essentiel quand on magasine un service de diffusion en continue, c’est le prix de chacun d’eux. Les offres de base des deux gros joueurs sont similaires : il vous faudra dépenser 10$ à chaque mois pour avoir accès aux fonctions premium.

Apple Music offre un tarif étudiant à 5$/mois (lire : Comment payer 5$ par mois pour Apple Music?) et un tarif familial à 15$/mois pour 6 personnes. Pour vous convaincre d’au moins essayer son service, Apple offre 3 mois gratuits pour tous les nouveaux abonnés. Notons que l’abonnement payant démarre dès le mois suivant la fin de l’essai gratuit, ce qui va à l’encontre des lois québécoises.

Spotify, de son côté, demande aussi 10$ par mois pour l’abonnement individuel, mais l’entreprise a créé plusieurs offres au fil du temps pour attirer les consommateurs payants. Outre la base, vous avez aussi le choix entre le Duo (pour deux personnes, 13$ par mois), le Familial (jusqu’à 6 personnes, 15$ par mois), et l’Étudiant (5$ par mois pendant maximum 4 ans).

L’offre tarifaire de Spotify est alléchante, mais sachez que l’entreprise n’offre pas d’essai gratuit. Au lieu de respecter la loi du Québec en offrant un mois gratuit qui ne se renouvelle pas automatiquement, elle a décidé de l’abandonner, tout simplement.

Mes raisons

Il y a évidemment plusieurs raisons qui font que je retourne constamment vers Apple Music. Certaines sont d’ordre historiques, d’autres philosophiques et ergonomiques. Les voici.

L’historique

Bien qu’Apple Music soit un service assez jeune, il traîne un immense bagage : iTunes. Bon. Je suis d’accord qu’iTunes est devenue une application de bouette, lourde et inefficace. Craig Federighi a d’ailleurs rigolé de ces ajouts incessants de fonctions en annoncant la séparation des services en applications distinctes.

« Can iTunes do even more?! » La réponse était évidemment non!

On ne se mentira pas, bien qu’il ait pris beaucoup de poids avec le temps, le logiciel était pendant longtemps le centre nerveux de notre bibliothèque musicale. Tout ce qui allait dans notre iPod passait par iTunes. Puis, avec Genius, Apple a développé une technologie d’analyse des statistiques d’écoute, de genre et de classification pour proposer des listes de lecture personnalisées qui proposaient des chansons ayant un lien entre elles.

iTunes 8

iTunes 8 — Source: Ars Technica

Le géant a finalement acheté Beats pour attraper Beats Music et le transformer en Apple Music afin de capitaliser sur la technologie de recommandations du jeune service et, surtout, des listes de lecture créées par des humains. Par contre, l’équipe éditoriale d’Apple ne peut pas créer des listes personnalisées pour chacun des millions d’utilisateurs. Puis, iTunes mourra.

« Mais pourquoi donc ne pas profiter de ce qu’on a déjà avec Genius? » – Un ingénieur d’Apple, probablement.

Et c’est ici que commence la série de petites victoires d’Apple Music sur Spotify.

Une histoire de playlists

Comme je l’expliquais, Genius a passé au moins une dizaine d’années à analyser ce que j’écoutais. Les listes de découvertes d’Apple Music profitent de Genius et me permettent non seulement de découvrir de nouvelles chansons, mais aussi de redécouvrir des hits adorés il y a quelques années. Les Mix hebdomadaires d’Apple Music me rappellent chaque semaine que oui, c’est agréable de découvrir de la nouvelle musique, mais le sentiment de réentendre une chanson adorée mais oubliée est tout aussi génial.

On couvre souvent d’éloges les Découvertes de la semaine de Spotify qui permettent de, justement, découvrir de nouveaux artistes ou de nouvelles chansons chaque semaine. Après quelque temps, je ne m’intéressais même plus à ce que le service m’offrait. Spotify analyse mes historiques d’écoute et recommande du contenu qui pourrait m’intéresser. Mais qui a dit que je voulais toujours écouter quelque chose de semblable à ce que j’ai dans ma bibliothèque? Mes Découvertes de la semaine sont rapidement devenues des nuances de beige.

Vous allez dire « Oui, mais il y a les Mix quotidiens! » Oui, mais non. Ces fameux mix n’ont que très peu d’intérêt pour moi, sachant qu’ils ne sont qu’un ramassis de chansons que j’ai écouté ou liké et qui se trouvent déjà dans ma bibliothèque. Si je veux écouter ma bibliothèque en mode aléatoire, je vais appuyer sur le bouton Aléatoires de ma bibliothèque.

De retour au service pommée, on a aussi à des listes automatisée grâce aux Mix hebdomadaires subdivisés en ambiances dans Pour vous

  • Chill Mix pour se détendre le dimanche
  • New Music Mix pour découvrir des nouveautés susceptibles de m’intéresser
  • Friends Mix pour écouter des chansons qui tournent en boucle dans les oreilles de mes amis
  • Favourites Mix qui me replonge dans mes souvenirs et qui ajoute, parfois, une touche de nouveauté
  • Get Up! Mix, le dernier né, me propose des chansons entraînantes et positives pour bouger et se dégourdir. Conçu spécialement pour s’amuser pendant le confinement.

Puis, on a les listes créées par l’équipe éditoriale de l’entreprise dans Parcourir. Je n’en ferai pas un répertoire exhaustif puisqu’il y en a des dizaines et des dizaines. Par exemple, Apple a récemment lancé Tout nouveau!, un choix de quatre listes qui répertorient les nouveautés pop, country, R&B et Hip-Hop. On retrouve aussi de la musique selon notre humeur, le moment de la journée, les Top 100 du jour (chaque pays a son propre top) et les Essentials. Le dernier type répertorie les chansons à connaître absolument d’un artiste. Il y a des listes d’indispensables pour presque tous les artistes et groupes disponibles sur la plateforme, allant de Cœur de pirate à Drake.

Apple Music iPad iPhone Android

Source: Apple

Pour vous s’est d’ailleurs enrichi de listes automatisés basés sur mon historique et me présente des nouveautés d’artistes que j’aime, de nouveaux artistes, de nouveaux genres. Ça peut être par rapport à une chanson de Céline Dion qui a fréquemment été écouté au fil des ans (ne me dites pas que Sous le vent ne vous donne pas envie de chanter à tue-tête), ou suite à l’écoute du dernier album de Lil Wayne. Vous avez dit nuances de beige? Elles sont inexistantes ici.

Si on aime une chanson, on l’ajoute à notre bibliothèque ou à une liste personnelle. La bibliothèque est d’ailleurs le cœur d’Apple Music, à l’image de notre ancien iPod. Si on l’ADORE, on peut la marquer d’un cœur pour que le service raffine ses propositions.

La manie de Spotify de tout, tout, TOUT diviser en listes de lecture est d’ailleurs ce qui me fâche le plus du service. Et elles sont loin d’être toutes pertinentes.

Et est-ce qu’on peut parler des doublons et des listes quasi-identiques? Pourquoi 3 variations pour une liste joyeuse? Spotify, offre m’en une, mais une bonne.

Dans Parcourir sur Apple Music, je vais pouvoir choisir l’ambiance, ici Bonne humeur. Je vais ensuite pouvoir affiner selon les goûts du moment. Est-ce que je veux des chansons entraînantes, de la musique pour danser, pour un party franco? Je n’ai pas 8 listes joyeuses presque identique, et je rappelle qu’à l’inverse du concurrent, ces offres sont imaginées par des personnes, pas des algorithmes.

Des applications opposées, une préférée

Je suis peut-être vieux jeu, mais j’ai tellement passé de temps à classer et à gérer ma bibliothèque iTunes que je ne tolère pas le fouillis qu’est Spotify. Je vis dans ma bibliothèque, pas dans un algorithme. Quand j’ouvre mon lecteur musical, soit je sais ce que je veux écouter, soit je veux découvrir.

Si je sais ce que je veux, ce qui est plus souvent le cas qu’autrement, je vais dans ma bibliothèque et je choisis un morceau. Musique s’ouvre d’ailleurs par défaut sur cette section. Si je veux découvrir, je vais moi-même faire le choix d’ouvrir Parcourir ou Pour vous pour m’inspirer.

Je ne veux pas un écran d’accueil créé par un algorithme qui me propose toujours des nuances de chansons pop ou indépendantes. Je ne veux pas de balados offerts à côté de ma musique. Je veux encore moins de rappels de ce que j’ai écouté récemment. Ça change quoi à ma vie qu’hier soir j’ai fait jouer de la musique zen pour m’endormir s’il fait en ce moment 18°C dehors et que je me préparer à aller courir? Rien. Laisse-moi me gérer.

La fonction karaoké d’Apple Music est une de mes préférées.

L’application d’Apple est d’ailleurs mille fois plus complète et recherchée. Pour Spotify, on semble vouloir simplifier jusqu’à rendre idiot. C’est lourd. Ça parait même jusque dans les textes et les descriptions. Sur le service américain, on peut lire de longues descriptions de playlists, d’albums ou d’artistes. On découvre alors ses inspirations, ses goûts, ce qui forge sa musique, etc. On peut aussi très bien connaître le contenu des fameuses listes en lisant leur description, sans même avoir à écouter une seule chanson. Comparons.

Pour la liste Mettre le feu à la scène sur Apple Music :

Pour Happy Hits sur Spotify :

On remarque immédiatement le souci du detail dans la première image. Je sais à quoi m’attendre avant d’écouter, je connais l’objectif de la playlist et je sais quand elle est mise à jour. J’apprends quoi sur la seconde? Que mon humeur sera meilleure, qu’elle a été likée 5 millions de fois et qu’elle dure 5h14 minutes… (Psst, la durée d’un album ou d’une liste ainsi que le nombre de chanson à l’intérieur se retrouvent tout en bas sur Apple Music, si vous voulez absolument savoir!)

La firme de Cupertino a été pionnière dans la distribution de balados via l’iTunes Store. Sur iOS, on a des applications séparées depuis belle lurette, mais pas sur macOS. Avec le passage aux applications séparées, le Mac a aussi droit à son app Balados. C’est donc terminé les podcasts au même endroit que sa musique, partout!

De son côté, le suédois semble pousser la baladodiffusion très, très fort. Pourquoi? Parce qu’elle ne lui coûte rien et permettent d’engranger quand même les revenus d’abonnement. Au diable l’expérience utilisateur! On a de l’argent à faire.

Ce que Spotify fait de bien

Tout n’est pas négatif avec Spotify, évidemment! Encore aujourd’hui, c’est le meilleur service pour de l’écoute multiplateforme.

Bien qu’Apple Music offre une excellente application Android, le service au rond vert s’intègre à tout, partout. Alexa? Google Home? C’est branché! PlayStation, Xbox? Oui! Mac, Windows, iPad, iPhone, Android dans la même famille? Absolument! En plus, toutes ces applications se parlent entre-elles grâce à Spotify Connect, une fonctionnalité qui permet de contrôler la musique qui joue sur un appareil depuis un autre. Mon iPhone permet de contrôler ce qu’on écoute depuis l’Assistant Google, une Xbox ou mon ordinateur. Ça n’existe pas avec Apple Music, malgré les promesses de Continuity et de Handoff. Ce n’est que tout récemment qu’Apple a intégré ce dernier au HomePod, et encore là c’est capricieux.

Spotify est aussi le meilleur pour agréger des données d’écoute et nous faire découvrir ce que le monde entier met dans ses oreilles grâce aux retours sur l’année qui se termine ou aux rappels sur ce qui a joué en boucle pendant le dernier été. Apple commence tout juste à s’intéresser aux listes de ce type avec les Replays.

Conclusion

Il y a un service qui met ma musique de l’avant et qui semble s’intéresser plus qu’un autre à ce que je la module selon mes intérêts, mes habitudes et mes goûts. Malgré tous les aspects automatisés et de découverte qui sont excellents, Apple Music me permet quand même d’organiser ma musique comme bon me semble. Je peux créer des listes de lecture selon mes besoins, je peux créer de puissantes listes intelligentes via l’application de bureau (pourquoi la fonction n’est pas offerte sur mobile est incompréhensible pour moi) et il permet globalement de me créer une expérience musicale comme je souhaite l’entendre.

En plus, je trouve personnellement beaucoup plus de nouvelles chansons intéressantes grâce à Apple. Les recommandations présentées ne sont pas collés à 100% à mon historique, ce qui leur permet de me présenter du neuf, du surprenant. Ce n’est pas parce que je n’écoute pas Rammstein habituellement que jamais une chanson du groupe ne va m’intéresser!

À l’inverse, Spotify a conçu un service qui veut tout faire pour nous, enlevant toute possibilité d’intervention de l’utilisateur. J’ai l’impression d’être un simple numéro dans leur algorithme, pas un fan de musique. Et malgré le fait que je sois producteur d’un podcast (visitez le cecinestpasunmedia.com pour en savoir plus) et que Spotify attire certainement des auditeurs, en tant qu’utilisateur, je ne veux pas que tout soit mélangé. Mes documents Word ne sont pas mêlés à ma musique dans mon Finder, pourquoi mes podcasts le seraient? Je suis peut-être vieux jeu, mais je préfère, et de loin, avoir le contrôle sur mes affaires.

Et vous, pourquoi préférez-vous l’un ou l’autre?

 

Ajouter un commentaire