Google Pixel

Google présente: Google Pixel et Home

Gabriel Gagnon Monde du sans-fil, Nouvelles, Opinion Leave a Comment

Après plusieurs jours de “tease” et de fuites, Google a enfin présenté sa nouvelle gamme de produits. C’est un événement très important pour l’entreprise qui semble recentrer ses activités autour d’une stratégie logiciel-matériel-services. Ça ne vous fait pas penser à la stratégie d’une marque très populaire qui a un fruit comme logo?

Bye bye Nexus, bonjour Google Pixel

Les Nexus sont apparus en 2010, 3 ans après l’arrivée spectaculaire de l’iPhone Edge, en même temps que le très populaire iPhone 3GS.

Source: Engadget

Source: Engadget

Nous avons ensuite eu droit à une succession d’appareils tantôt d’excellente qualité, tantôt simplement pas à la hauteur (je pense à toi, Nexus S). 2015 a été une bonne cuvée pour cette gamme de téléphones. Le 5X suivait les traces du méga populaire Nexus 5 tandis que le 6p montait la barre d’un cran pour tout le monde. Il fut d’ailleurs un des meilleurs téléphones de l’an dernier.

Cette année, Google efface tout ça et recommence à zéro avec sa propre division matériel. Dirigée par l’ancien patron de Motorola, la création d’une telle division prouve à quel point Google veut focaliser son avenir sur la synergie matériel-logiciel. Après tout, si on regarde les chiffres d’une autre entreprise qui fait pareil, Apple, c’est peut-être là où l’argent est! Pour s’introduire dans ce segment, l’entreprise de Mountain View arrive avec une proposition qui, à défaut d’être surprenante, a le mérite d’être cohérente.

Ce nouveau téléphone, il s’appelle le Google Pixel. Ce n’est pas le Huawei Pixel, ni le Motorola Nexus Pixel. C’est le Pixel dessiné, imaginé, et construit par Google. Bon, Google dit qu’il est construit par elle-même, mais c’est en fait les lignes de production de HTC qui sont mises à contribution, un peu comme Foxconn est le constructeur d’Apple. Le Pixel n’est pas un Nexus, n’a pas la même stratégie, ne sert pas le même objectif. Un nouveau nom s’imposait.

Google Pixel

Mais pourquoi donc Google a-t-il changé de stratégie aussi radicalement, entre autres, en vendant son nouveau téléphone 900 $ au Canada? Parce que l’entreprise veut concurrencer directement l’iPhone sur son terrain de prédilection : le haut de gamme.

La vraie raison d’exister de ce téléphone, c’est de fournir une expérience excellente pour la nouvelle offre logicielle du géant, le Google Assistant. Assistant, c’est le Google Now que presque tout le monde connait, mais intégré à tous les services de l’entreprise, et muni d’une intelligence artificielle plus puissante lui permettant de discuter avec l’utilisateur. Pour arriver à un résultat optimal, Google n’a pas voulu laisser un brin de corde à ses partenaires historiques comme Samsung ou LG. Elle a voulu tout faire elle même et, ainsi, empocher tous les bénéfices.

Pour les spécifications, le Google Pixel a tout ce qu’on attend d’un téléphone en 2016 et arrive en deux tailles. Le Pixel et le Pixel XL, respectivement de 5 et 5.5 pouces.

  • Android 7.1 Nougat avec le « Pixel Launcher »
  • Snapdragon 821
  • 4 Go de RAM
  • Écran de 5 pouces (1920×1080) ou 5.5 pouces (2560×1440)
  • Caméra de 12 mégapixels
  • Batterie de 2770 mAh ou 3450 mAh
  • 32 ou 128 Go, pour les deux tailles

Trois couleurs s’offrent à nous : Quite Black, Really Blue et Very Silver.

Pixel Colors

Oui oui, ce sont le vrai nom des couleurs.

Les prix au Canada : 899 $ pour le Pixel et 1049 $ pour le Pixel XL. Les deux offrent 32 Go de stockage de base.

Google Home : Tout Google, partout dans la maison

Google Home avait été annoncé cet été lors du Google I/O, la grande conférence de l’entreprise pour les développeurs. Son arrivée aujourd’hui n’était donc pas une grande surprise.

Home, c’est quoi? C’est en fait un concurrent direct à l’Amazon Echo, qui est un assistant personnel toujours disponible d’une simple commande vocale. L’Echo Dot, le nouvel Echo, ressemble à ça :

Ceux deux systèmes son semblable. En effet, autant Echo que Home peuvent répondre à des questions simples comme « Quel temps fait-il? » ou « Qu’est-ce que j’ai à l’agenda? ». Ils fonctionnent tous les deux par la voix uniquement et sont tous les deux liés à une énorme infrastructure d’infonuagique. La « seule » différence, c’est que Google Home se connecte aux serveurs et aux données de Google, tandis qu’Echo est relié à la base de données d’Amazon. On va rester honnête, c’est pour cette simple raison que Home est, selon moi, beaucoup plus intéressant.

Home vous donne accès à tous les services de Google rapidement et facilement, en utilisant simplement la commande « Okay Google ». Le Google Assistant peut faire jouer de la musique, peut lancer des vidéos YouTube sur votre Chromecast, peut répondre à vos questions, peut gérer vos objets connectés, etc. Home peut même se souvenir que vous préférez utiliser, par exemple, Spotify pour écouter votre musique et ainsi toujours utiliser cette application lorsque vous dîtes « Ok Google, joue de la musique ». Pas besoin de spécifier la source à chaque fois.

Google Home

Je ne suis pas encore tout à fait vendu à l’idée d’avoir un micro allumé en permanence chez moi qui n’attend qu’une petite combinaison de mots pour être réveillé, par contre. Je vais probablement me faire à l’idée, mais Google va devoir me prouver que tout est ultra-sécurisé et qu’il n’est impossible pour personne d’écouter ce qui se dit entre les murs de mon domicile.

Il semblerait qu’Apple soit aussi en train de préparer un concurrent à Google Home et à Amazon Echo, un appareil qui utiliserait Siri, bien sûr, et qui permettrait de répondre aux mêmes questions, mais intégré à l’écosystème son écosystème.

Google Home sera vendu pour 129 $ et arrivera quelque part en 2017 au Canada. 

Viens me rejoindre sur Twitter, Facebook, Snapchat (Gab_Gagnon) et YouTube pour plus d’articles, d’opinions et d’actualité techno!

Tu as aimé cet article? Partages le!

Fondateur de GabGagnon.ca.

J’ai créé ce blog dans le but de partager ma passion pour les nouvelles technologies et informer sur l’actualité de l’industrie. N’hésite pas à poser des questions et à discuter avec moi sur Twitter ou Facebook!