Hydro-Québec veut une voix dans la maison intelligente et lance Hilo

Gabriel Gagnon Maison intelligente, Nouvelles Leave a Comment

Hydro-Québec (HQ), la société d’État responsable de la production, de la livraison et de la distribution de l’électricité au Québec, lance ces jours-ci une nouvelle filiale afin d’avoir son mot à dire dans la maison intelligente. Cette filiale, détenue à 100 % par Hydro, veut améliorer le bilan énergétique du Québec et profiter de la tendance lourde vers l’électrification de nos vies pour s’imposer comme lien majeur de cet écosystème intelligent. Je me suis entretenu avec Cendrix Bouchard, conseiller en communications chez Hydro-Québec, pour discuter de ce nouveau projet, de leurs ambitions et de l’impact sur le client.

C’est quoi Hilo?

Lancée durant la seconde moitié de 2019, Hilo est une filiale détenue à 100 % par Hydro-Québec qui œuvre dans la domotique. L’objectif est de révolutionner la gestion de l’électricité au Québec en interconnectant les foyers et le réseau afin de mieux gérer la consommation électrique des québécois.

Ça fait quelques années qu’Hydro-Québec a sur sa planche à dessin un projet comme celui d’Hilo. De retour d’Europe, les dirigeants de la société d’État avaient beaucoup apprécié les concepts de réseau connecté et de maison qui renvoie de l’information à celui-ci. Avec les nouvelles technologies de maisons intelligentes, l’internet des objets et les préoccupations populaires sur la consommation énergétique, Hydro a décidé il y a quelques mois de concrétiser le tout et de se donner les moyens de changer les choses sans bouleverser la vie de ses clients ni son modèle d’affaires.

Comment ça fonctionne?

Pour commencer, Hilo se concentre sur la maison connectée « de base » en offrant des thermostats, des ampoules et des prises intelligentes. On peut rajouter en option un détecteur de fumée et une station météo personnelle. Tous ces éléments font déjà parti du quotidien des utilisateurs actuels d’appareils connectés. Quelle est donc la différence avec les solutions actuelles?

La principale distinction est que tout ça est relié au pont Hilo qui accumule des données d’utilisation et s’en sert ensuite pour dresser un portrait de la consommation du domicile. Avec ces informations, le service peut offrir des trucs pour diminuer la consommation des clients, diminuer la demande sur le réseau d’Hydro-Québec et, si l’utilisateur le souhaite, prendre le contrôle de certains appareils pour les ajuster automatiquement selon ses habitudes.

Par exemple, si tous les jours à 7h30 l’usager augmente la température de son thermostat de cuisine, Hilo pourra utiliser cette information pour allumer les calorifères à temps pour que la température soit confortable. La beauté, c’est qu’elle pourrait aussi s’assurer que ça ne se fasse pas en même temps que les autres maisons du quartier afin de ne pas surcharger le réseau.

Image Hilo

Cette logique de « lisser » la demande est partout quand on parle avec Hydro-Québec. On nous présente, par exemple, le cas d’un retour de panne dans un quartier connecté à Hilo. En ce moment, quand le fournisseur rebranche un secteur, tout le monde reçoit l’électricité en même temps et tout se rallume d’un seul coup, demandant énormément de puissance à Hydro-Québec. En utilisant des appareils connectés, un retour de panne peut se faire graduellement. Si le retour se fait en soirée, le quartier pourrait voir les lumières de ses maisons être allumées graduellement.

Concrètement, ça permet de diminuer les coûts d’entretien du réseau, qui est actuellement préparé pour supporter ces pics de demande. Si on diminue les coûts d’entretien, on peut aussi imaginer une diminution de sa facture d’électricité puisque la charge pour le distributeur est aussi diminuée. En théorie. Reste à voir si l’entreprise n’en profitera pas pour augmenter sa marge de profits.

C’est sécuritaire?

La sécurité des données et un autre élément très important, et très d’actualité. Hilo affirme respecter les plus hauts standards de sécurité et que la collecte des données ne sert qu’au bon fonctionnement du service, qu’on ne les commercialisera jamais. Sa technologie s’appuie notamment sur celle des compteurs intelligents d’Hydro-Québec. Si vous n’avez pas le nouveau compteur, vous ne pouvez pas utiliser Hilo.

Quel est l’objectif pour Hydro-Québec?

Pour le monopole d’État, utiliser la technologie pour mieux servir ses clients semble être l’étape suivante naturelle à ajouter à son bouquet de services. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’il lance une filiale pour développer un secteur. Pensons à TM4 qui avait développé un innovant moteur-roue et qui a permis de pousser plus loin les technologies de motorisation électrique. En 2018, Hydro-Québec a décidé de vendre la majorité de ses parts à l’équimentier automobile Dana et de réinjecter 85 millions de dollars dans la coentreprise afin de garder ses actions. Aujourd’hui, HQ est toujours partenaire de celle-ci à hauteur de 45 %.

Photo Pierre-Paul Poulin/Journal de Québec

Les avantages pour Hydro sont nombreux. Premièrement, elle se donne les moyens de développer dans sa propre cour un nouveau marché très prometteur. L’internet des objets est un domaine en pleine expansion et si HQ peut grappiller quelques parts de marché, les profits peuvent devenir assez imposants. Ce sont les actionnaires de l’entreprise qui seront heureux, surtout que les actionnaires d’Hydro sont les Québécois.

Deuxièmement, en continuant de travailler à diminuer la quantité d’énergie électrique consommée par les Québécois, elle peut augmenter la quantité disponible à l’exportation et possiblement augmenter ses profits. On pourrait aussi se permettre de développer une panoplie de secteurs innovants, comme les centres de données, le minage de cryptomonnaies ou tout autre domaine qui demande beaucoup d’électricité et qu’on n’imagine pas encore.

Finalement, lisser la demande en électricité des ménages, comme expliqué plus haut, permet de diminuer grandement les coûts d’entretien du réseau, ce qui est loin d’être une mauvaise idée.

Quels sont les avantages pour le client?

Les premiers avantages sont évidents : contrôler ses appareils électriques avec son téléphone et la puissance du nuage. Grâce à HomeKit d’Apple, par exemple, il est possible d’activer le chauffage de sa maison quand on quitte un lieu précis. Au lieu de programmer une heure précise pour chauffer, vos thermostats pourraient recevoir la commande uniquement quand vous quittez le travail afin que votre domicile soit à la température idéale au bon moment.

Voici un extrait de mon article Bien débuter avec la maison intelligente :

L’automatisation, c’est ce qui fait l’énorme avantage d’avoir des accessoires connectés. En créant des routines ou des scènes (le nom change selon la plateforme), il est possible de les déclencher selon différents paramètres. Par exemple, j’ai branché un climatiseur sur une prise iHome connectée, ce qui me permet de non seulement la contrôler via Siri ou Google Home, mais aussi de créer une action automatique. Ainsi, lorsque je quitte mon chez-moi, l’air climatisé s’éteint tout seul pour économiser de l’électricité. À l’inverse, elle se rallume automatiquement lorsque je suis en direction du domicile depuis l’école. Ça permet d’avoir une pièce fraîche quand c’est vraiment utile et d’économiser de l’électricité, donc de l’argent, quand je ne suis pas là. On peut aller très loin dans la création d’automatisations. Si tous les accessoires nécessaires sont en place, il serait possible, et relativement simple, de programmer la maison pour qu’elle soit prête à notre arrivée. Par exemple, quand un membre de la famille arrive près de la maison, ces actions pourraient se mettre en branle :

  • Déverrouillage de la porte principale ;
  • Réglage du thermostat pour une température confortable ;
  • Allumage des lumières si le soleil est couché ;
  • Ouverture de la porte de garage si on arrive en voiture ;
  • etc.

Lorsqu’on se couche, la routine « Bonne nuit » permet alors de tout éteindre, de verrouiller les portes et de régler le thermostat sur une température confortable pour le sommeil.

Ensuite, Hilo promet des retours quand on participe aux défis Hilo et quand on laisse le service gérer sa consommation. Ces retours, sous forme de bonus, peuvent être remis sur sa facture d’électricité pour ainsi la diminuer encore plus.

L’ultime avantage, c’est surtout d’acheter une solution clé en main. Hilo se charge de l’installation et de la programmation des appareils pour que vous n’ayez pas à vous soucier du côté très geek de la maison intelligente. Pour la période de test, l’installation est gratuite et, si on ne veut plus du service à la fin, la désinstallation l’est aussi. Personnellement, j’aime beaucoup jouer dans tout ça et programmer moi-même mes accessoires. Mais je fais partie de la minorité. La majorité ne veut pas avoir à programmer ses lumières, ses thermostats, etc. Elle veut que ça fonctionne, point.

Quelle est la suite?

Les thermostats intelligents et les lumières connectées ne sont que les premières étapes pour Hilo. L’entreprise promet de déployer une panoplie de services et d’appareils pour peut-être devenir un leader dans ce marché. Selon Cendrix Bouchard, on est encore dans les balbutiements et on a beaucoup d’ambitions pour la suite. On peut d’ailleurs lire sur leur site web que l’entreprise songe à lancer des panneaux solaires et des solutions pour devenir autoproducteur d’électricité.

On imagine aussi le futur de l’interconnexion. Par exemple, dans un avenir pas si lointain, beaucoup de foyers québécois auront une voiture électrique branchée à une borne de recharge à la maison. Pourquoi ne pas utiliser l’énergie emmagasinée dans celle-ci pour alimenter le réfrigérateur et le congélateur en cas de panne? Le service pourrait détecter la panne, lancer la transmission inversée d’énergie puis renvoyer l’électricité à la voiture quand le courant sera rétabli.

Quand on discute des ambitions d’Hilo avec son représentant, on comprend qu’ils en ont beaucoup, mais qu’ils ne veulent pas trop les montrer. On se garde une petite gêne, mais on ne ferme pas la porte à exporter la technologie et à devenir un important joueur dans le milieu.

De toute façon, si Hilo gagne, Hydro-Québec gagne. Et si Hydro-Québec gagne, c’est finalement le Québec qui en sort gagnant. À voir si la solution proposée aura les bonnes armes pour se battre contre les géants de la technologie et tous les autres joueurs qui veulent une place dans notre quotidien.

Les premières offres commerciales sont prévues pour être lancées en 2020. D’ici là, je vais continuer à suivre pour vous le développement de cette entreprise au profil fort intéressant. Je crois sincèrement qu’il y a un beau projet d’avenir chez Hilo et qu’on pourrait tous bénéficier que ce projet se dévoile comme une réussite.

L’avenir est à nos portes et je suis là pour vous le décrire. Suis-moi sur Facebook, Twitter et Instagram pour être au courant (la pogne tu?) des dernières nouvelles!

Ajouter un commentaire