Gear S2

La Gear S2: La meilleure ou la pire smartwatch?

Gabriel Gagnon Review Leave a Comment

Pour sa nouvelle montre, Samsung n’allait pas reproduire les mêmes erreurs qu’avec ses 4 (!) dernières tentatives (soit la Gear, la Gear 2, la Gear Fit et la Gear S). La Gear S2 est vraiment le modèle le plus abouti de tous. En même temps, c’est la cinquième tentative.

Design

La S2 fonctionne sous Tizen, le système maison de Samsung, et il cache quelques excellentes idées. Mais on y reviendra. Pour le moment, parlons de l’extérieur de cette montre qui a pour objectif premier de ressembler à une vraie montre, même si les montres intelligentes à écran rond ne sont plus une surprise (voir la Moto360). La Gear S2 est construire tout de métal, d’acier inoxydable pour être précis, et de verre pour l’écran avec un seul morceau de plastique : sous le châssis, à l’endroit où ce trouve le cardiofréquencemètre. On retrouve aussi deux boutons sur le côté de l’appareil pour retourner au cadran ou pour faire un bond en arrière.

Si vous avez l’œil fin, vous remarquerez que la bordure de l’écran est assez grosse. Et bien, c’est parce qu’elle cache un petit secret : elle tourne. En effet, la bordure de la S2 est rotative et permet de naviguer dans le système et de sélectionner des éléments.On en arrive, au système. Comme dit plus tôt, cette montre intelligente ne fonctionne pas sous Android Wear comme la plupart des smartwatch sur le marché. Jusqu’à aujourd’hui, on avait 2 concurrents : watchOS, qui est sur l’Apple Watch, et Android Wear, qui est sur à peu près toutes les autres montres.

Batterie

Quelle belle surprise que l’autonomie! La Gear S2 peut se passer, et ce facilement, d’un chargeur pour minimum une journée. Je dis minimum parce que c’est aussi facile de ne pas la charger, de pouvoir passer une nuit sans y penser et de se réveiller le lendemain et pouvoir commencer sa journée sans problème. Au pire, vous la brancherez sur l’heure du midi.

Gear S2 charging
Pour vous aider encore plus, la montre est munie d’un mode économie d’énergie qui réduit drastiquement la consommation de l’écran et les performances vous permettant de possiblement  terminer cette seconde journée.

Pour la charger, on la dépose sur son socle (aimanté), elle se met en mode socle (le cadran se tourne) et voilà! La Gear se pose beaucoup plus «facilement» sur son socle que la Moto 360. Le socle est mieux pensé et on n’a pas besoin d’ajuster l’appareil pour qu’il tienne. L’aimant l’aligne et le tient fermement en place.

Moto 360 charging

Tizen

Le fonctionnement de Tizen est beaucoup plus proche de celui de watchOS que d’Android et on se sert de la bordure rotative comme on se sert de la couronne numérique sur la Watch. On a le cadran comme écran d’accueil, des « widgets » pour de l’info rapide (exactement comme les Glances sur la Watch) et les notifications sur un écran séparé. Les deux OS proposent un écran dédié aux applications et veulent mettre en avant l’utilisation de celles-ci. Android, quant à lui, veut qu’on fasse presque tout sur l’écran d’accueil, c’est à dire le cadran. Ce sont deux philosophies différentes, mais personnellement, je crois que je préfère la vision d’Apple et de Samsung. Les apps sur Android Wear sont souvent trop limités et ça semble voulu. J’ai l’impression que je peux faire plus de choses avec les apps watchOS et Tizen, même si elles ne sont pas parfaites.

« Hi Gear »

Comme pour ses concurrentes, la Gear S2 embarque un système de commande vocal appelé SVoice, le même que sur les téléphones de la marque, et on y accède en disant « Hi Gear » ou n’importe quelle autre commande que vous aurez paramétré. Par contre, la reconnaissance vocale est vraiment, mais vraiment, beaucoup moins évoluée que celle de Google avec son « Ok Google » ou celle d’Apple avec Siri. Ces deux assistants sont vraiment plus rapides que S Voice et peuvent faire beaucoup plus de choses, surtout en français.

Personnaliser la Gear S2

Un autre élément emprunté à l’Apple Watch, c’est la facilité à laquelle on peut changer les bracelets. C’est un peu moins bien exécuté que la Watch par contre puisque l’attache est assez difficile à sortir de son socle.

Gear S2 bands removal clip
Même si je n’ai pas vu de disponibilité de bracelets créés par des tiers et que Samsung n’offre pas une panoplie de choix, c’est une excellente idée.

Chose brillante, c’est que Samsung a pensé à fournir deux tailles de bracelet dans la boîte. Pas besoin de penser à ça à l’achat.

Gear S2 bands
La Gear S2 Classic, plus cher et au look premium, offre pour sa part d’installer n’importe quel bracelet à attache de montre classique.

Gear S2 Classic

Conclusion

Sommes toute, il reste une question très importante pour la Gear S2 : Est-ce que les développeurs auront de l’intérêt à développer pour la plateforme ? En date d’aujourd’hui, le magasin d’apps de la Gear est assez maigre et la qualité des apps disponibles laisse souvent à désirer. On est très loin du support dont peut jouir Android Wear. Le marché des montres intelligentes est encore très loin de soulever les passions. Par contre, il a tout de même énormément besoin du support des développeurs d’apps pour se démarquer. La Watch, même si elle est lente, est garnie de plusieurs apps de qualité. Android Wear, de son côté, mise surtout sur les notifications au poignet, la puissance de « Ok Google » et Google Now. Les 3 offres sont intéressantes, mais elles sont toutes les 3 des projets toujours en développement. Point de vue matériel, la Gear S2 est fort probablement la meilleure montre connectée disponible pour les téléphones Android. Au Canada, elle se vend pour 350$.

Fondateur de GabGagnon.ca. J’ai créé ce blog dans le but de partager ma passion pour les nouvelles technologies et informer sur l’actualité de l’industrie. N’hésite pas à poser des questions et à discuter avec moi sur Twitter ou Facebook!