Plaidoyer pour qu’Apple tue iTunes pour de bon

Gabriel Gagnon Aparté, Musique, Opinion, Ordinateurs Leave a Comment

Dans le monde, il y a deux catégories de gens : ceux qui ne veulent rien savoir d’iTunes, et les monstres. En 2017, iTunes n’a plus sa raison d’être et il serait bien temps qu’Apple tue une fois pour toutes ce symbole de la dominance de l’iPod.

iTunes, un symbole

Oui, je le sais très bien. Pour plusieurs, peut-être même certain chez Apple, iTunes est un symbole, un rappel de la gloire passée de l’iPod. Alors que le téléphone intelligent prend le contrôle de nos habitudes de consommation multimédias, l’application reste toujours là, prête à nous rappeler que jadis, la musique était l’activité la plus importante d’Apple.

iPod + iTunes

L’iPod a été lancé en 2001 et, jusqu’à l’arrivée de l’iPhone, il était la vache à lait de l’entreprise de Cupertino. Le duo iPod + iTunes Store était tellement redoutable, qu’Apple était la seule à vraiment faire de l’argent dans le domaine de la musique en ligne. Sony, qui était le maître de la musique avec les Walkmans et Discman, s’est fait détrôner et Microsoft, qui a une base d’utilisateurs bien plus imposante, a essayé de prendre le flambeau et a échoué lamentablement.

Source : http://www.nydailynews.com/news/sony-sayonara-walkman-article-1.188380

Aucune autre entreprise n’est arrivée à détrôner Apple, à part Apple. En 2007, alors que le baladeur à pomme a le vent dans les voiles avec le Nano qui peut lire des vidéos, l’entreprise présente un produit qui révolutionnera l’ordinateur personnel au complet : l’iPhone. À partir de ce moment, rien ne sera plus pareil pour le duo iPod + iTunes.

 

Une longue déchéance

Personne ne se doutait que nos habitudes allaient changer à ce point alors que l’iPhone était toujours dépendant d’un ordinateur pour être activé et synchronisé. Le Mac était encore le hub numérique, l’iTunes Store était le « seul » moyen légal de se procurer facilement de la musique depuis son chez-soi et le nuage qu’une fabulation. En fait, la vision d’Apple était d’attirer les gens vers le Mac, grâce à l’iPod. Cette stratégie a fonctionné pendant un moment (j’en suis une victime), mais l’iPhone est venu tout bouleverser.

Il aura fallu attendre la cinquième version d’iOS, en 2011, pour que le téléphone acquière son indépendance de l’ordinateur et qu’il puisse se passer complètement d’iTunes pour l’activation, la synchronisation et les mises à jour. Avant iOS 5, il était en effet impossible de mettre à jour son téléphone ou son iPod sans passer par un ordinateur.

Source : https://www.lifewire.com/history-of-itunes-versions-1999247

Ce changement en apparence banale est la preuve que l’entreprise ne voyait plus l’iPhone comme un moyen d’attirer les gens vers les chers Mac pour faire son argent, mais qu’elle le considérait bel et bien comme son nouveau vecteur de croissance et que le Mac devenait l’accessoire, finalement. L’histoire leur aura donné raison puisqu’aujourd’hui, les revenus de l’entreprise proviennent presque tous de la manne iPhone et de ce qui gravite autour.

C’est à ce moment qu’iTunes a perdu son rôle de cheval de Troie et qu’il a, par le fait même, perdu l’attention qui lui était jadis réservée. À l’époque de gloire de l’iPod, iTunes était constamment mis à jour, recevait toujours de nouvelles fonctions et son look se raffinait sans cesse au fil des versions.

Qui utilise encore iTunes comme en 2010?

En 2017, la musique ne se télécharge pas, elle s’écoute en streaming sur Spotify ou Apple Music. En 2017, les vidéoclips ne s’achètent pas, ils se regardent sur YouTube. En 2017, les films ne se louent pas, ils s’écoutent sur Netflix. En 2017, les podcasts ne sont pas synchronisés, ils sont lus depuis Internet.

Ces fonctions sont toutes couvertes par iTunes, encore aujourd’hui, mais le nombre d’utilisateurs qui s’en sert régulièrement doit certainement être infime.

Gab, Apple Music est dans iTunes…

La question que je me pose, c’est pourquoi devrions-nous encore avoir à utiliser une application lourde, pleine de fonctions et qui n’est plus du tout adaptée à la réalité technologique de 2017? Je suis un abonné d’Apple Music et j’apprécie énormément l’expérience sur iOS et watchOS. Sur Mac, par contre, on est proche du chaos. 

Dans une application qui ne me sert que comme lecteur de chansons stockées sur des serveurs distants, je ne comprends pas pourquoi je devrais encore avoir de la musique stockée en ligne ou pas, des films, des vidéoclips, des podcasts, des séries télé, l’App Store (qui n’est pas le Mac App Store) et l’iTunes Store. Je ne comprends pas non plus pourquoi la section musique du Store est séparée de la section séries TV, de la section films et de la section podcasts. Pour accéder à ces sections, il faut changer complètement de bibliothèque pour se diriger vers celle correspondante. Si ça ne fait pas de sens pour vous, c’est normal, ça n’en fait pas pour moi non plus. Toutes ces sections, cette gestion supplémentaire et la lourdeur des bibliothèques ralentissent bien sûr l’application, complexifient la navigation et choquent les utilisateurs.

En plus d’être complètement anti-ergonomique, iTunes est devenu avec le temps l’application la plus lourde et la plus gourmande en ressources qui puisse exister. J’exagère à peine. Pour une application qui est destinée à rouler constamment en arrière-plan, elle gruge beaucoup trop rapidement les précieuses minutes d’autonomie de mon ordinateur portable, et c’est un Mac. Sur Windows, l’app est encore moins bien optimisée, encore plus gourmande, encore plus lente et encore plus frustrante.

Une solution pourtant si simple

La solution à tous les problèmes d’iTunes est toute simple : le faire disparaître. Plus personne n’a besoin d’un centre complètement intégré pour gérer ses contenus multimédias. Comme j’écrivais plus haut, ces contenus ne sont plus sur nos ordinateurs, ils sont sur Internet, et nos appareils n’ont plus à être régulièrement branchés pour s’abreuver. Pourquoi, diantre, ne pas imiter le principe des apps d’iOS?

  • L’iTunes Store pour acheter des films, des séries ou de la musique si on le désire;
  • Musique pour accéder à Apple Music, avec une section pour la musique stockée localement;
  • Vidéos, qui ferait du coup disparaître QuickTime, pour tout le contenu vidéo présent ou non sur le Mac;
  • Podcasts pour, et bien, les podcasts;
  • iBooks pour les livres;
  • Le Mac App Store pour télécharger des applications.

Je complèterais cette liste avec une application Appareils. Bien qu’iTunes n’est plus nécessaire pour faire fonctionner l’iPhone ou l’iPad, je crois qu’il est important d’avoir quand même un moyen de sauvegarder ces appareils localement pour, entre autres, bénéficier des sauvegardes chiffrées et pour effectuer une restauration complète en cas de besoin.

Un concept d’une app dédiée à Apple Music. Source : https://9to5mac.com/2015/07/31/apple-music-os-x-app-concept/

En séparant ainsi les applications, Apple donnerait la chance aux utilisateurs de n’utiliser que ce qu’ils ont envie d’utiliser, sans avoir à subir une app qui est d’une lourdeur sans nom et qui n’a plus aucune raison d’être en 2017.

Si tu lis cet article et que tu es un employé d’Apple, note ce qui suit et passe le mot à tes supérieurs : Tuez iTunes!

En attendant, je vous laisse avec une compilation de publicités qui mettent l’iPod à l’honneur.

Partage cet article!

Fondateur de GabGagnon.ca. J’ai créé ce blog dans le but de partager ma passion pour les nouvelles technologies et informer sur l’actualité de l’industrie. N’hésite pas à poser des questions et à discuter avec moi sur Twitter ou Facebook!